AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-- Nous manquons de membres du Vatican. Ils sont cruciaux pour l'intrigue du forum.

Partagez | 
 

 In the middle of the night.... FT. Andrew Blackwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
.................................
Messages : 25
Célébrité sur l'avatar : Stana Katic
Copyright avatar : Chocobo M.

- EVERYDAY IS NOT MY DAY -
État civil: Célibataire
Classe sociale: Classe Moyenne
Conflit intérieur:

MessageSujet: In the middle of the night.... FT. Andrew Blackwood    Ven 13 Mai - 3:32


Devant elle, les yeux grands ouverts, les prunelles d'un blanc laiteux à faire peur, fixé sur un point imaginaire reposait un corps inerte. Sa peau était d'une pâleur de mort, si ce n'était que les marques bleues sur ses poignets et ses avant-bras. Rhapsody l'observa longtemps. L'inconnue XLS-8568 lui avait été emmené quelques heures plutôt par un détective bourru qui lui avait clairement demandé de trouver la cause du décès, appuyant bien sur le fait que si c'était une mort accidentelle, il serait particulièrement heureux de la laisser tranquille. Mais à peine eu-t-elle observé le corps que la jeune femme en avait déduit qu'il n'y avait rien d'accidentelle là-dedans. Ce n'était pas une jeune femme ivre qui était tombé dans la piscine et qui s'était noyée. Rhaps' observa plus attentivement les traits de la morte. L'inconnue n'avait pas plus de dix-sept ans. Une petite blonde aux boucles à vous rendre jalouse, un visage d'ange, des lèvres pulpeuses maintenant bleues...La légiste s'imaginait la scène. L'adolescente en sortie avec papa, riche et fortuné, à tous les coups. Attirant tout les regards des jeunes hommes dans sa robe rose, ses cheveux parfaitement attachés dans une coiffure compliqués, maquillée comme une princesse le jour de son mariage, riant aux éclats aux plaisanteries avant d'être assassinée cruellement.

«Dis-moi ma belle, que t'est-il arrivé?»

Elle avait été réveillée au milieu de la nuit sans aucune excuse. Tirée de ce cauchemar qui l’empêchait de dormir depuis tant d’année, celui où sa mère caressait ses cheveux avant de l’étouffé dans son sommeil. Une mère sans visage, puisqu’elle ne l’avait jamais connue. Restait-il que la jeune femme avait été réveillée par des coups agressifs à sa porte. C’était son oncle qui avait été répondre au détective, d’une voix tout aussi furieuse que l’était l’homme à leur porte. Un corps trouvé. Ils avaient besoin d’elle. N’avait-il pas d’autre légiste dans cette foutu ville? Oui, mais c’était elle qu’on avait demandé. Rhapsody s’était rapidement habillé, enfilant un pantalon et un chemisier loin des tenus soignés des femmes que l’on voyait dans la rue, mais il était plus d’une heure du matin et elle n’avait aucune envie de s’enfermé dans un tas de fioritures. Elle avait attaché ses cheveux en une haute queue de cheval, avec le même agacement. Le détective qui l’avait sortie de son sommeil la regarda arriver avec une moue moqueuse et avait fait une remarque déplacé sur le fait qu’elle ressemblait à tout sauf à une femme, et Rhapsody lui avait répondu d’un ton glaciale qu’elle n’était pas là pour satisfaire ses fantasmes, mais plutôt pour faire « mumuse » avec un corps. Si la jeune femme était bien élevée et d’une droiture inimaginable, elle n’avait pas moins la langue dans sa poche et une façon de répondre aux gens des plus déplaisantes, par moment.

Sa main ganté de cuire sombre, Rhapsody attrapa le menton de la victime et lui ouvrit la bouche, examinant les dents de la jeune femme, essayant surtout de voir s'il n'y avait rien dans sa bouche pouvant l'avoir étouffé. Elle n'y comptait pas trop. Elle s'attendait plutôt à trouver de l'eau dans les poumons lorsqu'elle en serait là à l'examen. Pour le moment elle se contenta de l’examen externe. Elle fouilla les cheveux, les ongles, répertoriât chacune des blessures qu’elle pu trouver avant de tout noter de son écriture fine et légèrement penchée. Déposant crayon et papiers, elle attrapa son scalpel et traça un Y précis sur le corps de la jeune femme, commençant aux clavicules et terminant en une ligne droite sur son ventre jusqu’au dessous du nombril. À peine eu-t-elle terminé que la porte s’ouvrit. Poussant un soupire, la jeune femme se redressa, lançant un regard noir au nouvel arrivant. Qu’avaient-ils, ces détectives, à toujours être dans ses pattes? Un soupire d’agacement passa ses lèvres alors qu’elle fit tournoyé le scalpel dans sa main, le déposa dans le plateau métallique dans un cliquetis, prenant tout son temps avant de finalement répondre.

« Si vous êtes là pour me mettre la pression ou pour quoi que ce soit du genre, vous pouvez retourner d’où vous venez. Je n’ai ni besoin de baby-sitter ni de qui que ce soit dans mes jambes, compris?»

Ton froid, une touche de défi et d’agacement alors qu’elle plongea ses prunelles dans ceux de l’homme devant elle. Elle ignorait l’heure qu’il était. Le temps qu’elle avait passé dans ce local, mais qu’importait au final.

«Que me voulez-vous pour l’amour du ciel? Non que votre présence m’embête, enfin si un peu quand même, mais j’aimerais vraiment terminer d’examiné la victime, donner mon rapport et aller dormir avant qu’un autre nigaud ne me réveil au milieu de la nuit avec des manières bourrues. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.................................
Messages : 6
Célébrité sur l'avatar : cc
Copyright avatar : cc

- EVERYDAY IS NOT MY DAY -
État civil: Célibataire
Classe sociale: Classe Moyenne
Conflit intérieur:

MessageSujet: Re: In the middle of the night.... FT. Andrew Blackwood    Jeu 19 Mai - 1:57

La lune m'a toujours attiré. Au travers des barreaux posés aux fenêtres de ma chambre, je me rappelle l'avoir longtemps regarder en lui demandant conseil. Les prêtres m'ont bien vite surpris et quelques traces gravées dans ma chaire à jamais en sont la preuve. J'eus beau leur dire que c'est à dieu que j'adressais mes paroles, je n'eus guère le choix à cette époque de confesser mon crime. Pour eux, un autre signe que j'étais un enfant de la nuit. Pour moi, la preuve que je n'étais pas comme eux... et c'était bien ainsi. Malgré les punitions, je n'appris que deux choses : à être discret.. et à mentir sur la fascination qu'elle me procurait. Dans cette rue de Londres maculé de boue, au beau milieu de la nuit, je la regardai encore, m'abandonnant à sa lumière comme chaque fois où j'en sentais le besoin. Après un instant, je continuai à marcher.

Mon imperméable sur le dos, un chapeau bien enfoncé sur la tête, j'envahissais les rues de Londres sans craintes. Mon badge me protégeait en général des bandits ordinaires qui sillonnaient les rues. Un de ces mécréants essayait de me tuer, me dérober ou autre, je faisais semblant d'être terroriser pendant quelques secondes et je sortais mon pistolet, j'affichais mon badge. Un petit jeu qui me m'empêchait de leur mettre aussitôt une balle dans la tête, d'agir avec trop de passion et de haine pour ce genre de sous-humain. La plupart d'entre eux ne sont que des couard et aussitôt l'emblème de la police londonienne reconnu, il s'enfuyait à toutes jambes. Pour les autres, un autre combat facilement gagné, et j'appelais du renfort grâce au sifflet que je portais autour du cou... m'assurant que c'était la dernière fois qu'il lèverait la main sur l'un des miens.

L'un des miens ? Parfois, même mes pensées les plus intimes me trahissent. Ils ne sont pas les miens, je ne suis pas des leurs. Comment pourrais-je un jour faire partie de se monde où la lumière parvient à décimer les ténèbres ? Mon univers se compose d'ombre et de créatures qui s'y vautrent. Les mortels, les autres humains... je ne suis pas comme eux.. ceux qui ne se doutent de rien et qui parviennent à dormir la nuit... ceux qui n'ont pas eu les mains couverts d'un sang noircis. Je n'ai pas été élevé pour vivre cette vie, je suis un soldat.

Et pourtant, mes pensées, une partie de moi aurait voulu être comme eux. Insouciant, ignorant du danger. Avoir une femme, une famille. On me l'interdit, me répète sans cesse de ne pas m'attacher a un monde que je pourrais devoir quitter chaque jour. Si le Vatican m'appelle, je dois répondre... Enfin... je crois.

Les voleurs et les meurtriers ne m'inquiètent pas. Ceux qui n'apparaissent que dans les légendes et sont caché aux yeux des mortels ordinaires, voilà le véritable danger qui nous guettent. Heureusement, mon entrainement me prépare à faire face à ces monstres, que je chassais pour le plaisir et par devoir envers ceux qui m'ont éduqué. Le pire qu'il puisse m'arriver est une mort violente. Les ténèbres éternelles qui m'arracherait à cette nouvelle vie que je me suis forgé de peine et de misère. Mourir de m'inquiète pas... enfin il parait que je suis destiné au enfer alors à quoi bon lutter contre l'inévitable ? N'empêche, j'ai toujours été un battant et je continuerai de l'être le plus longtemps possible.

Mes songes furent interrompus par l'étrange silhouette qui se trouvait à côté d'un des petits ponts de Londres. Je m'approchai lentement, sachant très bien qu'un cadavre m'attendait. Une jeune femme, blonde, peut-être 17-18 ans. Après m'être fait une image mentale de la scène, je la retournai et cherchai des traces d'un être surnaturel. Pas de morsure, ni de marque d'inhabituelle. La cause semblait être une pure et simple noyade. Que ça. Un simple cadavre...

- Avec toutes les saloperies qui rodent à l'extérieur, on pourrait penser que le genre humain n'en pourrait plus de cette violence, et pourtant.

Les mots résonnèrent dans la nuit noire, sans personne pour les entendre. Une confidence, un songe que je me faisais à moi-même. Je poussai un soupir avec de mettre mes lèvres sur le sifflet qui tonna. Quelques minutes plus tard, Un officier à l'air idiot vint me trouver, alors que je fumais non loin de la jeune fille.

- Ramenez-la à la morgue. Aller réveillez Lockheart et vérifiez si on n'a pas signalé la disparition d'une petite blonde.

Je ne sais pas ce qui l'horrifia le plus. Était-ce la désinvolture avec laquelle je prenais la situation, ne considérant la victime que comme une tâche désagréable ? Était-ce le manque de politesse avec lequel j'avais énoncé le nom de ma collègue ? Après tout, je n'étais pas du genre à lui faire des manières en personne, alors je n'allais tout de même pas me forcer alors qu'elle n'était pas là !

Les seuls pas qui résonnaient à cette heure de la nuit étaient les miens. J'atteignis la morgue après quelques minutes. J'entrai sans qu'on ne m'y invite à l'intérieur de la morgue, ressentant aussitôt l'odeur des produits chimiques qui se mélangeait à la chair déjà en décomposition. L'air du médecin fit s'esquisser sur mes lèvres un petit sourire.

- Alors j'image que le premier nigaud que vous avez à blâmer était là à cause de moi. Ce n'est pas que je manque de confiance en vos collègues, mais la vue d'un de ces lourdaud débiles à 4 heures du matin n'est rien comparer au spectacle que vous m'offrez Lockheart. Et puis, dormir est surévalué non ?

Je lui offris le sourire le plus charmant de ma collection, sachant très bien qu'elle n'était pas de ces idiotes à tomber pour des paroles aussi lourdes. De plus, elle me connaissait assez pour savoir qu'il n'y avait là rien de réel, qu'une taquinerie sans méchanceté.

- Alors, qu'est-ce que nous avons ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.................................
Messages : 25
Célébrité sur l'avatar : Stana Katic
Copyright avatar : Chocobo M.

- EVERYDAY IS NOT MY DAY -
État civil: Célibataire
Classe sociale: Classe Moyenne
Conflit intérieur:

MessageSujet: Re: In the middle of the night.... FT. Andrew Blackwood    Mar 24 Mai - 17:23

À peine eu-t-elle terminer de prononcé ses paroles, qu'elle replongea dans son autopsie. Les yeux rivés sur l'intérieur de cadavre, elle ne put que se retenir de sourire à la réplique de l'inspecteur. Elle se mordit la lèvre dans une mimique concentrée, tâchant d'effectué une fine incision sur les poumons de la demoiselle étendue sur sa table. Elle ne pouvait pas dire qu'elle appréciait grand nombre de ses collègues de travail en réalité. La plupart était des hommes, souvent bedonnant, à l'humour douteux et qui ne croyait pas en les compétences d'une femme dans le domaine. Pourtant, elles, Lockheart et l'une de ses collègues, leurs avant montrés à de nombreuse reprises qu'elles étaient aussi compétentes qu'eux, peut-être même plus, compte tenu que jamais la petite brunette ne s'était pointé ivre au boulot parce qu'un mort avait été retrouvé un samedi soir alors que monsieur était dans un bar. Rhapsody comprenait un peu le cheminement de l'homme devant elle, mais ne l'approuvait aucunement. Elle aurait préféré rester allongé dans son lit à dormir tranquillement plutôt qu'à jouer au croque-mort.

« La prochaine fois, évitez quand même d'envoyez un imbécile chez moi à quatre heure du matin, même si ma présence vous est des plus délectable. »

Entre lui et elle, ça a toujours été complexe. Elle le détestait, pour la forme, la plupart du temps, mais elle aimait travailler avec lui. Il était de ces enquêteurs qui ne mettaient pas ses compétences en doute, qui n'avait rien contre les femmes qui ne restaient pas enfermées à la maison avec les gamins. La preuve était que c'était elle qu'il avait demandé cette nuit, alors que n'importe qui d'autre aurait bien pu faire l'affaire. Restait-il que s'il ne faisait pas de rond de jambe avec elle, oubliant toutes les règles de bienséance en sa présence, elle n'y allait pas de main morte non plus. Son comportement en sa présence aurait fait retourner sa mère dans sa tombe ou lui aurait valu une correction de la part de son oncle, mais elle s'en fichait un peu. Jamais cela ne s'ébruiterait. Elle y comptait bien. La fausse politesse qu'elle utilisait avec lui devant certaines personnes n’était des plus légitimes et cela semblait plaire à ses patrons, bien que les yeux de la belle ne fassent que briller de sarcasme en prononçant ces mots si bien mesurés.

«Évidemment, dormir est surévalué...Quand on est un alcoolique ou encore une prostituée dans une rue sinistre de Londres. Malgré les rumeurs qui peuvent circuler, les légistes ont besoin d'un tant soit peu de sommeil, contrairement à vous. Avec la tête que vous avez.... »

Elle lui lança un sourire moqueur, les yeux brillants de malice, malgré qu’elle fût épuisée. Elle se redressa, ses vertèbres protestèrent avec douleur. Elle était restée beaucoup trop longtemps penchée sur ce corps pour qu’il en fût autrement. Elle ne répondit pas immédiatement à la question de l’homme face à elle, préférant le laisser poiroté un peu. Ce n’était pas très poli, mais bon, elle n’avait pas envie de l’être. Rhapsody attrapa son calepin, y nota ses observations, prenant bien le temps de tracé chaque lettre, simplement pour le plaisir de la faire attendre un peu. Elle sentait épié dans chacun de ses mouvements par les yeux bleus glace du détective. Déposant plume et feuille, elle leva ses yeux émeraudes vers lui, le plus sérieusement du monde.

« Femme, 16 à 20 ans, caucasienne, 1m 62. L’eau dans ses poumons indique qu’elle est morte noyée – épargnez-moi la remarque idiote disant que vous l’avez trouvez dans l’eau - mais contrairement à ce que votre copain à cru, ce n’est pas accidentelle. »

De son doigt ganté de cuir noir, elle pointa les marques au niveau des clavicules et des épaules. À cet endroit, la peau était bleutée. Sa main descendit au niveau des bras, indiquant plusieurs hématomes et contusions.

« Elle s’est débattue. Et les marques sur ses épaules indiquent qu’on l’a maintenant sous l’eau. La personne qui a fait ça devait lui en vouloir, je présume. Cherchez dans les soirées mondaines, si quelqu’un ne l’aurait pas vu.»

C’était tout ce qu’elle savait pour le moment. Elle n’avait pas eu le temps de pousser ses examens plus loin. Bien entendu, qui était-elle pour donner de tels ordres à un membre de l’autorité? Personne. Mais pour Rhapsody, c’était un détail. Cette fille était habillée pour une soirée chic, avec une tonne de fioriture gracieuse et sobre. Elle observa l’homme face à elle un long moment, silencieuse, se demandant comment il allait réagir.

« Vous voulez autre chose, Détective? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Contenu sponsorisé
.................................

MessageSujet: Re: In the middle of the night.... FT. Andrew Blackwood    

Revenir en haut Aller en bas
 

In the middle of the night.... FT. Andrew Blackwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CURSE DIARY ™ :: St. James's :: London Hospital-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com