AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-- Nous manquons de membres du Vatican. Ils sont cruciaux pour l'intrigue du forum.

Partagez | 
 

 Le lion et l'agneau (Jessie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
.................................
Messages : 119
Célébrité sur l'avatar : Lithp
Copyright avatar : Myself

- EVERYDAY IS NOT MY DAY -
État civil: Célibataire.
Classe sociale: Classe Moyenne
Conflit intérieur:

MessageSujet: Le lion et l'agneau (Jessie)   Dim 8 Mai - 14:11

Ce n'est pas qu'il aimait spécialement la solitude, plus en particulier. Il était miraculeusement tranquille en ce jour au ciel sombre, aux nuages noirs menaçants à tout moment d'éclater. Ah, et bien, ça arrivait à tout le monde de vouloir se retrouver loin de la civilisation. À tout le monde, même à lui. Il fixait son regard dans le vide, comme s'il attendait quelque chose qui, pourtant, ne viendrait jamais. Il n'avait jamais ressenti le moindre vide au fond de lui-même. Il n'avait pas de compassion, pas de peur réelle, pas d'amour... en fait, il n'avait personne. Ce n'était pas non plus comme si ça lui manquait, puisqu'il ne pensait qu'à lui avant de penser aux autres. Et les autres, hum ? Ils n'avaient jamais eut leur importance à ses yeux. Lui, c'était vivre et mourir, c'était survire et poursuivre sans se retourner. Il réalisait qu'il devait se montrer sur ses gardes... Il était connu de presque partout, principalement au Vatican et chez les hommes de mains. Bref, il était probablement, et à sa plus grande fierté, sur leur liste noire depuis une éternité au moins. Tant mieux, au fond. Ça voulait dire qu'ils ne savaient, eux, toujours pas comment abattre la créature qu'il était, car, après tout, ils n'avaient encore osé porté aucun geste précis contre lui. Ou était-ce parce qu'ils n'en avait ni l'occasion ni la... chance. Ce n'était pas non plus qu'il ne savait éprouver de sentiments. Peut-être juste parce qu'il était trop loin de ceux que l'on appelle... humains.

Debout, près d'un navire tanguant qu'il observait d'un oeil particulièrement critique, il se questionna... Et si Astrea n'était pas ici ? Et si on lui avait menti pour lui faire quitter la Californie ? Et si tout ce cirque ne se révélait être, au final, qu'un pige, qu'une idée pour le faire tourner en bourrique, pour l'éloigner des gens qu'il aimait tant torturer ? Huum se pourrait bien être une idée du Vatican, ça, il n'en serait probablement même pas étonné que cette pensée se révèle être véridique. Enfin, au fond, se ne serait pas plus mal. Ça lui permettrait peut-être d'avoir une véritable raison d'irradier complètement ces fous de la religion. Il pouvait se débrouiller seul, c'était bien vrai. Le problème n'était pas là. Non, le problème était plutôt ces petits nains de jardin qui travaillaient pour eux. Ah, que de complexité, dites donc.

Le démon ne pu retenir un brusquement soupir, mi agacé mi réfléchi, comme si, de toute évidence, il ne savait pas très bien par où commencer, bien qu'il sache devoir attraper le taureau par les cornes s'il voulait finir par aboutir quelque part. Un grondement derrière lui, toutefois, le tira de ses lugubres pensées, le forçant à se détourner momentanément pour contempler le chien, le cabot puant, suintant l'horrible odeur de ses excréments. Il plissa un peu du nez et pesta pour lui-même. Ces animaux avaient tendance à le deviner un peu trop facilement, ce qui, au bout du compte, l'agaçait réellement. Il s'apprêtait à lui mettre le coup de pieds qui lui en ferait perdre la tête lorsqu'on le rappelait. Ah, pas si cabot que ça, finalement... Sourire ironique, Baltazar se détourna, s,avança dans la direction opposée de quelques pas, l'esprit toujours perdu dans ses pensées... privées. Au loin, il pouvait apercevoir le haut toit de l'église... Et si on allait faire un tour par là... Du moins y aspira-t-il jusqu'èa ce qu'il ne décide de finalement regarder où il allait et, au bout du compte, passer à unm cheveux de percuter la chevelure blonde devant lui. Il grommela une injure, pris au dépourvu, ne s,était pas vraiment attendu à cela... Et ne s'attendant pas non plus a ce qui allait découler de cette rencontre....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm Jessie Moore
† Quand on croise son destin,
le secret s'impose. La magie est à ce prix.
.................................
Messages : 256
Célébrité sur l'avatar : Sarah Michelle Gellar
Copyright avatar : Colorblind

- EVERYDAY IS NOT MY DAY -
État civil: Célibataire
Classe sociale: Classe Moyenne
Conflit intérieur:

MessageSujet: Re: Le lion et l'agneau (Jessie)   Mer 11 Mai - 4:49

Comme à son habitude, Jessie faisait un détour considérable pour ne pas passer devant l'église qui trônait de son clocher, même si cependant, elle était visible de tous les angles à ses yeux. Elle aurait bien aimé faire quelques incantations pour la faire disparaitre, mais seulement, pour ce faire, il fallait avoir un sacré pouvoir, ce que pour l'instant...elle ne possédait pas. La blondinette en avait justement eu la preuve un peu plus tôt à la bibliothèque, lorsqu'une jeune femme se nommant Astrea, s'était adressée à elle. Comment avait-elle découvert qu'elle était une sorcière? Ce n'était pourtant pas écrit sur son front. Elle en profita tout de même pour toucher son front du revers de la main, question d'être certaine qu'elle ne se trompait pas. Rassurée de voir qu'aucune inscription ne s'y retrouvait, elle retira sa main, puis continua de déambuler en ligne droite, allant là où la route voulait bien la mener. Facile de s'apercevoir qu'elle était rendue au port, l'odeur qui en émanait n'était guère trompeuse. Elle n'avait qu'une envie, c'était de retirer ses chaussures pour marcher pieds nues, mais elle se ravisa, sachant très bien que cet acte ne se faisait pas, surtout en public. Elle était une jeune femme distinguée qui se devait de suivre les convenances du peuple. Fautive, c'est ainsi qu'elle se sentait. Le mal que lui procurait ses chaussures étaient bien loin d'égaler la honte qui la submergeait depuis quelques minutes. Elle fuyait l'église et tout représentant de Dieu. Chaque personne aurait put se présenter devant elle qu'elle lui aurait adressé la parole joyeusement, alors que si un curé s'approchait de sa personne, c'était tout le contraire qui se produisait. Les cheveux se dressaient alors sur le haut de sa tête et elle cherchait un abri comme si on la menaçait, arme en poing. Pas étonnant puisque c'était toujours ce qu'on lui avait indirectement conseillé, lui racontant des histoires de bûchés et d'éclairs foudroyant les sorcières désirant entrer dans une église.

Heurtant un clochard, elle s'excusa auprès de lui, sans se douter que ce dernier avait passé une dure journée. Jurant contre elle, il la menaça du doigt, puis la traita du pire mot. Sorcière. Comment avait-il su lui aussi? Avait-elle le nez crochu et le menton fuyant ainsi que pointu? C'était incroyable, mais surtout impossible. La dernière fois qu'elle s'était regardée dans une glace, elle n'avait pas vu une femme aussi dévisagée que la description qu'on faisait des femmes usant de sorcellerie dans les livres. Non pas que le fait d'être une sorcière la dérangeait à ce point, elle en était même assez fière et encore plus si elle réussissait à maîtriser son don convenablement. Mais c'était qu'on le crie dans un endroit publique et bondé qui l'outrageait. Ce vieil homme voulait vraiment qu'elle termine sur un bûché? Avait-elle crié à tue tête qu'il était trop ami avec sa bouteille de Whisky? Non, elle avait été respectueuse, alors pourquoi pas lui? Ne lui parlant pas, elle recula sans regarder où elle mettait les pieds. En se retournant, elle tomba presque nez à nez avec un inconnu, plus jeune cette fois-ci. Encore apeurée comme une jeune adolescente, entendant encore la voix du clochard qui criait le mot: sorcière derrière elle et en entendant jurer le jeune homme devant elle, elle pâli. Assez gênant quoi. Elle aurait été en jupon que cela n'aurait pas put être plus humiliant. Ne sachant pas trop où se mettre et quoi répondre, elle parla sans réfléchir, sur la défensive.


" Je ne suis pas une sorcière. Vous trouvez que j'ai l'air d'une sorcière vous? Non, ce ne sont que sottises, je n'ai pas le nez fourchu et les cheveux sombres, en broussailles. Ce n'est donc pas la peine de me brûler sur la place publique. Je suis tout à fait normale. Oui, une femme comme les autres. "

Sachant qu'elle venait de dire les pires bêtises jamais dites auparavant, son visage passa du blanc au rouge vif. Yeux exorbités et lèvres serrées, elle aurait put passer pour l'un des poissons que ces pêcheurs présents sur le port venaient de ramener de mer. Une vraie barbote. Un gros brochet. Un poisson mutant. Oui, elle avait maintenant bien plus honte que tout à l'heure, alors qu'elle ne pensait pas que cela soit possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.................................
Messages : 119
Célébrité sur l'avatar : Lithp
Copyright avatar : Myself

- EVERYDAY IS NOT MY DAY -
État civil: Célibataire.
Classe sociale: Classe Moyenne
Conflit intérieur:

MessageSujet: Re: Le lion et l'agneau (Jessie)   Ven 13 Mai - 14:31

Secoué, lui ? Jamais ou si peu, du moins. Il s’était apprêté à cracher quelques injures de plus sur elle, mais au vu de son étrange comportement, se ravisa bien rapidement. Il l’observa pâlir, dans sa nervosité face à lui. Elle ne semblait décidément pas vivre le plus beau jour de sa vie. Non pas que ça le dérangeait plus qu’il ne le faille, il fallait même dire qu’il s’en fichait plus que n’importe quoi. Elle ressemblait à un animal de foire qui ne sait pas communiquer ou s’adapter à la vie en société. Et il devait bien avouer que c’était très distrayant à regarder, à observer, en tant que pur spectateur qu’il était encore pour le moment. Non, en fait, la raison pour laquelle il était encore là, qu’il ne l’avait pas simplement chassé ou contourner en ignorant sa tirade, ce n’était pas pour son joli minois ni pour ses courbes. Non, c’était autre chose qu’il n’avait pas encore très bien déterminé. Quelque chose qui se cachait dans ses paroles sorties fort et rapidement, comme s’il avait été l’alibi parfait pour elle en cet instant là. Un petit quelque chose vint faire briller le regard sinistre du mythique, qui observa la jeune femme, un instant, comme s’il réfléchissait ou hésitait. Que faire et que dire, surtout… Finalement, lorsqu’il se décida après quelques secondes, craignant de la voir lui filer brusquement entre les pattes, il s’avança dans une légère révérence qui aurait aussi bien pu être d’une pitoyable comédie venant de lui.

«Je ne suis pas un chasseur de sorcières, mademoiselle.»

C’était un ton mielleux de confident, d’homme sur qui normalement on aurait pu compter s’il n’avait pas été si… démoniaque. Il secoua doucement la tête, comme pour lui faire comprendre qu’il ne servait à rien de toute façon de lui mentir. Une mythique, donc, même s’il n’en avait pas concrètement eut la preuve, il ne ressentait aucun doute vis-à-vis d’elle. Son visage un peu blême par la terreur était typique de leur comportement. Elle craignait. Elle avait peur. Et lui ? Lui pourrait profiter de cette peur comme la petite rosée du matin. Ah, quelle fraicheur… Il devait seulement voir les capacités… son talent caché qu’elle semblait bien décidé à ne pas démontrer ou à dissimuler, tout du moins, au maximum au regard curieux d’un public cruel. Elle était paniquée et, pour ses intérêts, il devrait probablement se montrer d’une extrême patience avec elle, ce qui n’était pas donné à tout le monde. Lui ? Faire preuve de clémence et de douceur ? Mieux valait pour l’autre de sauter immédiatement sur l’occasion.

Il fut rapide. Peut-être cela ne consistait-il pas à un signe de politesse, mais sa main tatouée se glissa rapidement près de ce visage aux traits quasi terrifié, dégageant délicatement une mèche folle pour… mieux l’observer, peut-être. Baltazar était de toute évidence bien plus doué pour la comédie qu’il ne l’aurait d’abord cru ! Un acteur né ! Une étoile montante ! Il fut rapide, mais aussitôt récupéra-t-il sa main qu’elle ne pu avoir l’occasion de se dégager ou de craindre qu’il ne la saisisse… Elle pourrait bien facilement croire qu’il veuille la pousser au bout du quai pour la noyer, tien…

«Veuillez pardonner mon impolitesse, je me suis montré rude envers vous lors que vous m’avez… percuté. Vous ai-je trop brusqué ?»

Il se montrait d’une douceur presque surnaturelle, en vérité. Et ce n’était que son propre plaisir. Il faisait le mal, mais Dieu qu’il le faisait bien… Car il est toujours plus douloureux de blesser lorsqu’une confiance s’est au préalable installée, n’est-ce pas ? Enfin, il n’avait pas encore l’intention d’agir ainsi. Du moins ne s’en rendrait-elle probablement pas compte. Ou pas dans l’immédiat. De but en blanc, il déclara, presque soudainement, comme s’il ne pouvait y résister, comme si c’était quelque chose de beaucoup plus fort que sa propre personne :

«Que connaissez-vous des mythiques ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Contenu sponsorisé
.................................

MessageSujet: Re: Le lion et l'agneau (Jessie)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le lion et l'agneau (Jessie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CURSE DIARY ™ :: WhiteChapel :: Port de Londres-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com