AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-- Nous manquons de membres du Vatican. Ils sont cruciaux pour l'intrigue du forum.

Partagez | 
 

 Edge of Sanity - Pv Moira & Avery [Sujet sensible]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
.................................
Messages : 6
Célébrité sur l'avatar : Hugh Jackman
Copyright avatar : Lya

- EVERYDAY IS NOT MY DAY -
État civil: Monsieur
Classe sociale: Classe Moyenne
Conflit intérieur:

MessageSujet: Edge of Sanity - Pv Moira & Avery [Sujet sensible]   Dim 27 Mar - 1:53

    Elle marchait, doucement et en ligne. Ses cheveux se balançaient de droite à gauche, au grès de la brise du soir. Lui la suivait, lentement et discrètement.Depuis plusieurs jours, il guettait ses allées et venues, décidé à combler ses désirs. Son métier à elle consistait à satisfaire les hommes, avides d'érotisme. Ce n'était pas ce qu'il recherchait. Il ne la traquait pas pour lui payer des services à faire rougir les habitants prudes de Londres. Il l'avait regardé, il l'avait voulu et choisit. Contrairement à ses dernières acquisitions, elle était bien jeune. Moins de 25 ans, de beaux cheveux roux ondulés et des lèvres aguichantes. Une tentatrice à son était pur. Il ne s'adonnait pas à du voyeurisme en ce Samedi ou la noirceur régnait. Il travaillait. Il rendait ce quartier moins sale, moins dégradant. Il était déjà trop aberrant que la police londonienne ne s'active pas en interdisant la prostitution définitivement, la tolérant comme plusieurs autres délits interdits par Dieu lui même. Il n'avait pas cette faiblesse d'âme. Cet homme était persuadé d'œuvrer pour le bien, de débarrasser la population d'une nouvelle épine sous leur pied. Déjà trois meurtres à son actif, il éliminait la menace en égorgeant les prostituées de Whitechapel, puis en les éventrant, étendant ensuite méticuleusement leurs viscères sur leur corps. Pour certains, c'était un massacre sanglant. Pour lui, c'était une œuvre d'art, une preuve de sa puissance, de son agilité exemplaire. Sûr de lui, il avait même envoyé deux lettres au poste de police, ironiques et écrites à l'encre rouge. Il savait que les inspecteurs n'avaient pas reçu que ses lettres, mais également celles d'un imitateur se faisant passer pour lui. Cela lui était égal. Cet homme de peu d'imagination n'allait que l'aider à ne pas se faire repérer, les policiers recherchant sûrement des similitudes d'écriture entre les lettres et des indices dans celles-ci. Plus ils perdaient du temps, plus il en avait pour s'adonner à ce passe-temps essentiel à la survie de cette ville. Débarrasser Londres des rats et de la peste ne pouvait être que bénéfique. Silencieusement, il regarda la jeune prostituée qu'il avait suivit aborder un homme qui passa devant elle sans s'arrêter. Sous son long manteau noir de coton et son chapeau haut de forme, il était difficile de distinguer son visage et ses traits. C'était intentionnel. Jouant maladroitement avec le scalpel qu'il avait dans la poche de ce même manteau, il longea le mur de la bâtisse à ses côtés, tourna à gauche à l'intersection, là où se rendait la fille de joie. Une ruelle, endroit parfait pour sévir sans être vue. Il ne s'attaquait jamais aux prostituées en plein jour ou dans des endroits clos. Hors les maisons closes, ces femmes satisfaisaient les clients directement dans les rues pour la plupart. Il était donc logique qu'il mette un terme à ce sacrilège au même endroit. Il avait peu d'estime pour les tentatrices qu'elles étaient et pour les bourgeois peuplant Londres. La classe pauvre le répugnait également. Les seuls dignes d'intérêt étaient la classe moyenne. Approchant prudemment, il stoppa son mouvement en entendant une voix nouvelle s'annonçant dans la nuit. Celle d'une autre femme, d'une autre prostituée. Elle s'approchait de sa proie, la voix haute et audible. Elle faisait beaucoup trop de bruit et gâchait ce moment parfait. Reculant, Jack L'éventreur laissa un peu de répit à ces femmes, tenté de sévir quand même, deux victimes potentielles au lieu d'une. C'était une occasion en or, deux femmes d'une incroyable beauté, deux pécheresses et une ruelle déserte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.................................
Messages : 15
Célébrité sur l'avatar : Amanda Righetti
Copyright avatar : Shiya

- EVERYDAY IS NOT MY DAY -
État civil: Mademoiselle
Classe sociale: Basse classe - autres -
Conflit intérieur:

MessageSujet: Re: Edge of Sanity - Pv Moira & Avery [Sujet sensible]   Mar 12 Avr - 18:36

Gâcher un moment parfait. Avery ne faisait que ça lorsqu'elle n'était pas sous sa couche avec un inconnu. Elle faisait la rue depuis plusieurs heures déjà, mais aucun client potentiel ne se risquait à l'abordait ce soir. Elle essayait bien sûr, mais n'obtenait aucune réponse. Ses ruses habituelles ne semblaient pas fonctionner. Une bande de raciste qui ne devaient pas aimer son accent Russe? La réponse n'était pas cruciale, ce qui l'était, c'est qu'elle reviendrait à la maison close toute seule et se ferait crier après par la bonne femme qui hébergeait les catins et prenait une part de leurs faibles revenues. Une bonne samaritaine oui, à d'autres. C'était plutôt une vampire suceuse d'argent. Fatiguée, elle s'arrêta devant la boulangerie du quartier, s'allumant une cigarette pour décompresser. Ne pas rapporter d'argent ne la dérangeait pas, elle avait assez d'économies pour tenir des mois, même des années avec l'argent dont elle avait hérité. Ce qui la perturbait était que les hommes passaient leur chemin devant elle, comme si elle n'était qu'une vieille poupée chiffonnée, alors qu'elle n'avait même pas trente ans. Quand on était une femme et qu'on vieillissait, on était bonne pour devenir nourrisse ou ménagère, mais certainement pas à donner du plaisir ou à marier. Quel sacrilège d'épouser une traînée par dessus le marché.

Écrasant sa clope par terre, elle repris son boulot en abordant deux hommes bien vêtus, mais sans chance. Ils passèrent leur chemin, l'un d'eux ne daignant même pas la regarder et l'autre la dévisageant comme si elle l'avait offensé. Tous pareils ces hommes. Ils recherchaient un peu de compagnie, mais ne voulaient pas passer pour des pervers devant leurs voisins. C'était Whitechapel quoi! N'y avait-il donc aucun homme prêt à payer pour une fille de joie dans ce quartier? Ce n'était pas normal! Le jour précédent, elle avait déjà ramené deux clients à la maison close à la même heure. Cette nuit, elle arpentait encore à la recherche d'un. Ce n'est qu'en se retournant pour rentrer qu'elle la vit. Une autre fille de joie, sur la même rue qu'elle. Elle se prenait pour qui celle-là? L'ancienneté d'abord, c'était son coin à elle! La voyant tourner vers la ruelle la plus proche, elle s'empressa de courir à sa rencontre, ne remarquant pas l'homme vêtu de noir qui guettait la jeune peste à l'autre extrémité de l'intersection.

- Mais je rêve! Et après je me demande pourquoi je ne trouve pas de clients ce soir! Tu es sur mon territoire ma petite, trouves un autre endroit pour satisfaire les clients! Tu es peut-être du métier depuis moins longtemps que moi, mais tu sais aussi que lorsqu'on offre deux fois au même homme des galipettes payantes, il passe son chemin et ne revient pas après avoir réfléchit à la proposition.

Telle une furie, elle s'était approchée d'elle en trombe, la pointant d'abord du doigt et apposant ensuite ses mains sur ses hanches. C'était qui d'abord celle-là? A oui, Moira. La petite qui avait hérité du beau scientifique comme client régulier alors qu'elle en avait rêvé lorsqu'elle l'avait vu. Bon sa remarque envers elle était un peu déplacée, puisque c'était Avery qu'on considérait comme une voleuse de clients, mais elle était dans une colère monstre. Elle qui avait pensé qu'on ne l'approchait plus à cause de son âge, se rendait compte que c'était parce qu'une rouquine squattait sa rue. Instinctivement, elle frissonna et plissa les yeux, une impression étrange l'envahissant, celle d'être observée. Oh elle était habituée qu'on la regarde sous tous les angles vu son métier, mais c'était différent. Elle n'avait pas envie de rester dans cette ruelle plus longtemps.

- Viens, on va en discuter à la clarté.

Sa voix était devenue plus douce , tandis qu'elle avait crié juste avant. Elle avait laissé place à la peur, une peur qu'elle ne comprenait pas et ne contrôlait pas. Deux prostituées, seules dans une ruelle sombre. Bon, elles avaient fait plus intelligent jusque là c'est sûr. Surtout avec les alcooliques qui trainaient le soir. Elle ne voulait pas servir de sac d'entraînement à l'un d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm Moira McCarty
modératrice de luxe
.................................
Messages : 111
Célébrité sur l'avatar : Karen Gillian
Copyright avatar : Aud'

- EVERYDAY IS NOT MY DAY -
État civil: Demoiselle
Classe sociale: Paysan(nne)
Conflit intérieur:

MessageSujet: Re: Edge of Sanity - Pv Moira & Avery [Sujet sensible]   Sam 30 Avr - 0:34

Une nuit comme les autres. Moira pensait sérieusement à se prendre une nuit de congé. Non pas qu’elle ne voulait pas travailler ou qu’elle avait gagné au loto, mais elle s’était adonné à une séance sadique, chose qu’elle ne referait jamais. C’était une idée d’une consœur, cela payait plus, c’était vrai, mais toutes ces fessées, l’avait sérieusement fait réfléchir à son champ d’action. De plus le « tendre » maitre, n’y était pas allé de main morte, l’envoyant direct après la séance chez une infirmière qu’elle connaissait et qui la soignait pratiquement bénévolement. En somme, ce qu’elle voulait cette nuit, c’était son lit, sans client. Elle avait une grande gueule pour qu’on lui foute la paix concernant le quota des clients, hier elle en avait ramené assez. Tout en pestant contre le fouet qui avait causé les lacérations dans son dos qui la tiraillait à chaque pas, oui il fallait exagérer, car cette épisode remontait à 2 semaines et son dos avait pratiquement guéri, mais elle était une catin, elle devait tout dramatiser. Oui car même si elle voulait réellement son lit, elle travaillait. Donner l’impression d’être en mauvais état, plaisait aux clients de type « preux chevalier » d’ailleurs, elle ne tarda pas à trouver une âme charitable. Ce n’était pas toujours du sexe, parfois, elle recevait de l’argent pour sortir de ce milieu. Cette âme là, se révéla être complètement puceau, inexpérimenté, le même âge qu’elle. N’ayant aucune idée de comment fonctionnait le milieu, il la paya bien trop cher, et elle tâcha de le dépuceler dans les règles de l’art. Content, il lui laissa même un extra. Ah la veine, elle avait déjà le pourcentage qu’elle devait à la tenancière. Moira décida donc de lever le pied, juste se ballader, peut-être bien aller prendre un verre.

Elle croisa en chemin des collègues, des clients, qui ne la regardèrent que pour sa robe scandaleusement et outrageusement plongeante. Voyant un déchargement de caisses dans la rue qu’elle prenait d’habitude et ne voulant pas empestant le crottin de cheval toute la nuit, elle prit un détour. Elle se doutait qu’elle tomberait sur LA fille outrée au moindre faux pas qui n’avait pas sa place dans ce milieu, aka Avery le corbeau qui justement se jetait sur elle. Cette fille avait de sérieux problèmes de la personnalité. Des rumeurs circulaient à son sujet, comme quoi elle avait du fric à perte de vue et que nympho , elle restait pute par choix. Complètement malade et hystérique. Moira n’aimait pas qu’on l’agresse pour rien et surtout pas par une russe rousse. Elle n’aimait pas non plus qu’on la pointe du doigt. Un long soupir émana de sa bouche et disparut dans la légère fumée occassioné. Elle respira un bon coup et la regarda finalement d’un air complètement exaspéré.

♦ Aye sis, je ne fais qu’aller au pub aye…si tu ne trouves pas de clients, fais moins garce et plus agneau ou teins-toi en blonde, mais viens pas m’emmerder avec tes états d’âme de vieillotte en pleine crise de sous-estimation de ses compétences…maintenant laisse-moi passer , il y a un verre qui…wooow

Moira était entrainé par Avery un peu plus loin sous un réverbère.

♦ Mais c’est quoi ton problème ?! Si tu continues comme ça tu vas terminer à l’hospice…Discuter c’est bon quand t’es friquée…ah ben oui tu l’es…vas-y utilise ta jolie langue, que je vois si elle est douée autant dans la parole que pour nos affaires

ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ

Laughing at this Disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Contenu sponsorisé
.................................

MessageSujet: Re: Edge of Sanity - Pv Moira & Avery [Sujet sensible]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Edge of Sanity - Pv Moira & Avery [Sujet sensible]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CURSE DIARY ™ :: WhiteChapel :: Rues & Ruelles-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit