AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-- Nous manquons de membres du Vatican. Ils sont cruciaux pour l'intrigue du forum.

Partagez | 
 

 Time can pass, but friends will always be there [Sujet pv avec Ethan Hansen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
.................................
Messages : 36
Célébrité sur l'avatar : Robin Tunney
Copyright avatar : tinycat - moi

- EVERYDAY IS NOT MY DAY -
État civil: Âme seule
Classe sociale: Classe Moyenne
Conflit intérieur:

MessageSujet: Time can pass, but friends will always be there [Sujet pv avec Ethan Hansen]   Lun 7 Mar - 7:42


« Le temps perçu est forcément du passé,
ce qui revient à dire que le présent a un
arrière-goût de souvenir et que l'avenir projeté
n'est qu'un futur souvenir, donc un passé à venir ! »




Tel un voile de dentelle se dépliant délicatement devant ses yeux, un souvenir vint apparaître au subscient de la jeune demoiselle. Des rires d'enfants, une joie de vivre insoutenable, un sentiment de sécurité et d'avenir prometteur. Une douce brise parcourant ses cheveux et le bruit de l'eau tintant légèrement à ses oreilles. Les yeux fermés et la respiration lourde, elle se rappela.
-Briséis, dépêches-toi. Tu sais que mère n'aime pas nous voir tarder. Elle sera dans une rage noire si elle ne nous voit pas revenir bientôt à la maison. Père a besoin de moi pour labourer les champs ce matin.
-Très bien, je ne veux pas entraver tes plans de fils prodige!


Ramassant péniblement le sceau d'eau de sa main gauche, elle s'empressa de rejoindre son aîné de l'autre côté du ruisseau. Le soleil dans les yeux, elle dût mettre son bras droit devant son visage pour le voir, qui l'attendait impatiemment. Dans un soupire, elle avança jusqu'à lui, les yeux dans les airs. Elle allait devoir faire la cuisine avec sa mère alors que les hommes travailleraient. Ils mangeraient, ne les remercieraient pas et ils iraient tous à l'église par la suite. Chaque Dimanche se ressemblait. Elle allait faire une crise pour ne pas mettre une robe, allait crier à l'injustice parce que son frère aurait des habits confortables alors qu'elle, serait vêtue d'un semblant de drap la grattant toute la journée et elle serait obligée de suivre quand même. La vie n'apportait pas vraiment de surprises durant ce jour considéré comme celui de Dieu, surtout pour une enfant de six ans. Écouter le curé prêcher de bonnes paroles l'endormait toujours. Elle ne portait jamais attention à son discours et somnolait pendant la prière à chaque semaine.

Revenant à la réalité, Briséis plaça sa longue robe couleur cerise de quelques gestes de la main. Déjà trente-deux ans et elle était toujours vieille fille. Son père n'avait jamais cru bon d'accepter les propositions des garçons de la ville dans sa jeunesse. Désormais, ils ne s'intéressaient plus à elle. Elle était trop mature pour que la société ne concède à penser qu'un mariage était envisageable. Droite comme un piquet, elle posa les yeux sur les portes de fer de l'Abbaye, telle une statuette de cire regardant un fourneau, objet qui la détruirait tôt ou tard. Il ne lui restait que quelques heures avant d'être dans l'obligation de faire acte de présence au Temple, si elle ne voulait pas subir le même sort que James, qui avait disparu de la surface de la terre sans laisser de traces. Si seulement. Oui, si seulement il était toujours là à veiller sur elle comme il l'avait toujours fait. Elle n'aurait pas à essayer de se remémorer son parfum et sa voix pour tenir le coup. Elle avait peur, mais cachait cette détresse au plus profond d'elle même. C'était sa souffrance, elle lui appartenait. Briséis n'était pas dépressive, mais elle savait que mettre de l'ordre dans sa vie n'était pas un luxe. La lady pensait surtout à trouver un moyen de quitter la secte qui la logeait depuis des mois. Réfléchissant silencieusement, elle posa la chaussure sur la première marche menant à l'Abbaye avant d'arrêter son geste. Non, elle ne voulait pas se souvenir. Le dernier moment passé avec son frère avait été dans cette église et ce souvenir était trop douloureux pour le laisser refaire surface. Le passé semblait si loin, qu'elle ne voulait pas le ranimer, pas maintenant. En prise avec ce conflit intérieur, elle remarqua à peine le policier âgé passant derrière elle. Si les membres du Red Temple la voyait dans ce quartier bondé d'agents de la paix, elle ne donnait pas cher de sa peau. Se forçant à vérifier que personne ne l'espionnait, son regard fut attiré par un visage non loin d'elle. Un homme, début quarantaine. Cheveux blonds, regard sincère et charmant. Elle le connaissait. Il était lier aux rires et à la joie qu'elle avait ressentit lorsqu'elle n'était alors qu'une enfant.
- Ethan? Ethan Hansen?

Pourquoi venait-elle de l'interpeller? Elle qui ne voulait pas se rappeler de son enfance et cet homme qui en faisait partit, elle venait de faire une bêtise. Cette journée semblait être débutée pour être une bonne épreuve psychologique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm Ethan Hansen
◌ La trahison n'est que le début du voyage
.................................
Messages : 247
Célébrité sur l'avatar : Simon Baker
Copyright avatar : Géram

- EVERYDAY IS NOT MY DAY -
État civil: Célibataire
Classe sociale: Bourgeois(e)
Conflit intérieur:

MessageSujet: Re: Time can pass, but friends will always be there [Sujet pv avec Ethan Hansen]   Mar 8 Mar - 6:41

    Avez-vous déjà eut une envie soudaine? Celle de sortir de votre demeure, car vous n'êtes plus capable d'y respirer? Vous étouffer littéralement de l'intérieur et ne pouvez le crier haut et fort? Vous venez de vous rendre compte que vous vie n'est que tromperie et que votre confiance a été détruite. Vous avez donc besoin de griller une cigarette, en sortant de cette maison qui est votre héritage et qui a une importance capitale à vos yeux. C'est justement en sortant de chez lui qu'Ethan pris appui sur les pierres ornant les murs extérieurs de sa demeure. Rapidement, il sortit une cigarette de son veston avant de lancer un bref regard en direction des passants curieux qui posaient les yeux vers la porte d'entrée, un vacarme se laissant échapper de l'ancienne maison familiale. L'heureux responsable de tout ce bruit? Son frère qui venait d'entrer et qui était, une nouvelle fois, saoul. C'était une chance que sa belle-soeur n'était pas là pour le voir faire une crise à cause d'une partie de cartes perdue. Au moins cette fois-ci ce n'était pas la maison qu'il avait parié au jeu, mais le peu d'économies qu'il avait réussit à ramasser depuis qu'il aidait Ethan quelques fois dans son travail, discrètement pour que personne ne sache qu'il faisait partit des gens fauchés. Si les autres habitants l'apprenaient? Au mon dieu, la panique! Ça serait une vraie tragédie, lui qui portait une importance capitale aux moyens monétaires. Peut-être devrait-il y réfléchir la prochaine fois qu'il aurait envie de jouer son avenir. Le connaissant et sachant qu'il n'avait plus un rond, il ne serait pas surpris d'apprendre que le lendemain, c'était sa femme qu'il avait parié au jeu. Un fort besoin de se changer les idées le décida à commencer une marche en direction Nord. Il n'allait nul part, il ne faisait que marcher en finissant sa cigarette. Il continua son avancée jusqu'à Westminster, le quartier voisin. Passant devant l'édifice de Scotland Yard et devant l'Hyde Park, il salua les passants d'un signe de tête, toujours poli comme à son habitude. Il en fit de même pour la demoiselle errant devant l'Abbaye, qui semblait chercher quelqu'un du regard. Ce ne fut pas son air perdu qui le surpris, mais bien qu'elle lui répondit en le nommant dans une interrogation. Arrêtant devant elle, il lui fallut quelques secondes avant de la reconnaître, son visage restant perplexe jusqu'à ce que son nom ne lui vienne à l'esprit.

    « Mademoiselle Alden? Mon dieu, comme vous avez pu changer. »

    Elle avait effectivement changé depuis près de vingt ans. Il se souvenait encore d'elle pour avoir habité dans la maison voisin, lorsqu'il était adolescent. Le père d'Ethan avait même essayé de marier son autre fils, celui qui faisait un vacarme effroyable chez lui, à la jeune femme. Le père de Briséis, lui, n'avait pas été assez idiot pour accepter cette offre. Il savait que sa fille valait mieux qu'un homme coureur de jupons, qu'il soit riche ou pauvre. C'était devenu une femme d'une grande beauté, mais elle semblait préoccupée. Il n'était toute fois pas assez intime avec elle pour lui demander ce qui la perturbait. Cela aurait été de lui manquer de respect. Ils ne s'étaient pas vu depuis des années, alors autant resté poli s'il ne désirait pas qu'elle ait une basse opinion de lui. Manquer de respect à une femme était inenvisageable. Il n'était pas été éduqué ainsi. Il n'avait pas osé lui donner le titre de madame, ne voyant aucune alliance à sa main gauche. Si elle était mariée, il le saurait lorsqu'elle le corrigerait.

    « Vous vous rendiez à l'église? »

    Il ne désirait pas l'importuner si elle avait mieux à faire. Après tout, il allait bien devoir retourner chez lui un jour avant de retrouver sa demeure en ruine, détruite par le moment d'égarement de son frère.

ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ

« 7 days to the poison 7 days to the wolves»
.....................

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.................................
Messages : 36
Célébrité sur l'avatar : Robin Tunney
Copyright avatar : tinycat - moi

- EVERYDAY IS NOT MY DAY -
État civil: Âme seule
Classe sociale: Classe Moyenne
Conflit intérieur:

MessageSujet: Re: Time can pass, but friends will always be there [Sujet pv avec Ethan Hansen]   Lun 21 Mar - 0:57

« Mademoiselle Alden? Mon dieu, comme vous avez pu changer. » Le rouge teinta ses joues à cette remarque, elle venait de s'apercevoir qu'elle avait fait une grave bêtise. Elle avait pour consigne de ne pas se faire remarquer, et elle commençait à placoter avec un ancien voisin, qu'elle n'avait pas revu depuis son enfance. Elle eut un moment d'égarement, retournant les yeux vers l'Abbaye, mais revint à porter son attention sur le jeune homme qui était devenu son interlocuteur. Combien d'âneries avaient-ils couverts tous les deux lors de leur jeunesse? Ayant tous deux des frères perturbateurs, ils avaient souvent été dans l'obligation de les cacher et protéger des questions posées de la bouches de leurs parents respectifs. Couvrir leurs frangins lorsqu'ils ne rentraient pas à l'heure prévue ou dire qu'ils étaient avec eux alors qu'ils ne les avaient pas entrevus de la journée avait fait parti de leur routine. « Vous vous rendiez à l'église? »
- Non, pas exactement, en fait je...... Je......
Je quoi? Ne sachant plus quoi répondre, elle ferma les lèvres, regardant le beau blond dans les yeux. Si elle désirait être discrète sur son état psychologique faiblissant elle avait raté son coup. Comme si le saint avait eut ouïe de ses prières silencieuses de se sortir de ce faux pas, quelques gouttes commencèrent à ruisseler sur leurs visages, puis ces dernières se déchainèrent rapidement, en moins de cinq secondes. Avec l'instinct de vouloir se réchauffer et s'abriter de l'eau qui ruisselait sur elle, elle s'empressa de parler à Ethan, répondant à sa question par la même occasion pour paraître moins suspecte.
- Je n'en avais pas l'intention, mais je crois que c'est maintenant de mise. Vous devriez me suivre si vous ne désirez pas attraper rhume. C'est ravageur en ces temps de tomber malade.
Il était évident que trouver des médicaments efficaces à de simples maladies revenant à la charge chaque année n'était plus aussi aisé que dans le passé. Alors qu'ils avaient connus quelques années de médecins attentionnés, ils avaient maintenant la pire racaille de diplômés médicaux du pays. Londres n'était plus ce qu'elle était autrefois, quel dommage. La pluie non prévue présente en cette journée ne faisait qu'accroitre ce sentiment de faiblesse collective. Une sacré chance pour elle qu'elle n'avait pas opté pour la robe de dentelle blanche qu'elle adorait tant, sinon ses dessous auraient été visibles à qui voulait bien regarder dans sa direction. Il n'en restait pas moins que ses cheveux et ses vêtements étaient complètement trempés, alors qu'elle se dirigeait à l'intérieur de l'Abbaye de Westminster, endroit de douleurs souvenirs.
Se retrouvant à l'intérieur de l'enceinte religieuse avant son ancien voisin de demeure, elle avança prudemment entre la rangée de bancs, le regard pensif et les yeux trahissant sa tristesse soudaine d'être entrée dans ce lieu de prières. Elle se revoyait encore assise sur le premier banc en compagnie de ses parents et de son aîné, elle roupillant alors que le prêtre récitait ses belles paroles. Si ses souvenirs étaient bons, les Hansen, eux, prenaient normalement place à leur droite, le frère d'Ethan à côté d'elle et lui à côté de Derek. Détails futiles et anodins, mais qui ne faisaient qu'attiser sa soudainement peine de voir le temps passer si vite et les morts lui rappeler que la vie n'était pas éternité et joie. Plus machinalement qu'autre chose, elle se rendit jusqu'au premier banc, y prenant place en ne portant même attention au fait qu'elle était complètement trempée, de la tête aux pieds. Sa peignure ne devait plus ressembler qu'à un tas de cheveux entremêlés et frisés, tandis que sa tenue devait laisser transparaître qu'elle était bon marché et qu'elle ne faisait pas partie des bourgeois de cette ville. Comme si elle venait d'entrer en transe, elle ferma les yeux en quête d'apaisement, mais seule l'amertume refit surface, se faisant de plus en plus pesant. Ne sachant pas si Ethan était près d'elle, elle prit quand même la parole, se risquant. Briséis l'avait entendu entrer dans l'église, il l'entendrait certainement, même s'il n'était pas à quelques centimètres de sa personne.
- Je ne sais pas pour vous, mais j'ai tant de souvenirs de cet endroit. Les prières à tous les Dimanches, ma jeunesse et mon enfance. Vous étiez assis à la droite de votre frère je crois, qui lui, était juste à côté de moi. Comme ce temps me manque.
Ses mots étaient prononcés par une voix préoccupée et distante. Alors qu'elle parlait de souvenirs lointains, elle ne voyait qu'Alistair et le Red Temple, qui revenait se faire place dans son esprit à chaque pensée qu'elle se permettait. Elle était sûre d'une chose, elle n'était pas surveillée dans cet endroit. Elle et Ethan étaient seuls. Elle avait toujours eut de l'affection pour lui. Non pas d'idées mal tournées, ce qui n'était pas admissible pour une jeune femme, mais une amitié dont elle ne savait pas le revers. La considérait-il comme une fille quelconque ou bien contait-elle un peu dans sa vie? Ce qu'elle savait, c'était qu'elle ressentait le besoin de parler à cet homme pour qui elle avait déjà eut une grande confiance aveugle. Elle devait juste savoir s'il était toujours digne de cette même confiance ou si ses convictions avaient dérivés depuis toutes ces années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm Ethan Hansen
◌ La trahison n'est que le début du voyage
.................................
Messages : 247
Célébrité sur l'avatar : Simon Baker
Copyright avatar : Géram

- EVERYDAY IS NOT MY DAY -
État civil: Célibataire
Classe sociale: Bourgeois(e)
Conflit intérieur:

MessageSujet: Re: Time can pass, but friends will always be there [Sujet pv avec Ethan Hansen]   Jeu 21 Avr - 18:04

    Vraisemblablement, Ethan ne s'était pas trompé sur les préoccupations de la demoiselle. Alors qu'il ne lui posait qu'une question toute simple, elle bégayait, n'étant apparemment pas certaine des mots choisir pour lui expliquer sa réponse. Bien des interrogations pour une demande toute simple, celle de savoir si elle comptait aller à l'église ou non, puisqu'elle était postée devant son enceinte. Alors qu'il s'apprêtait à lui dire qu'il ne voulait pas l'importuner, se demandant si elle n'avait pas envie d'être seule, la pluie décida de se déclencher brusquement, ne leur laissant même pas le temps de voir le changement de température s'effectuer. Hésitant un instant, Ethan laissa la jeune femme partir devant lui et entrer dans l'Abbaye avant de se décider à la suivre. Après tout, il n'était pas pour rester là, à regarder l'édifice sans broncher. Laissant la porte se refermer derrière lui, il se contenta de regarder Briséis se diriger vers les bancs de l'église, mouillée de la tête aux pieds, comme lui d'ailleurs. Ce qui l'empêchait d'aller à sa rencontre tout de suite était l'air pensif de la jeune femme qui était revenu. Elle marchait lentement, ne regardant pas droit devant elle et avait les yeux flous. Prenant son temps, il s'enquit d'un bref arpentage visuel des lieux. Assez grande, l'Abbaye contenait assez d'espace pour abriter une bonne centaine de catholiques. Ses grandes fenêtres Ce furent les mots qu'elle prononça qui le décida à se joindre à elle, se rendant jusqu'aux bancs principaux à son tour.

    « Vous avez bonne mémoire, bien que mon frère était toujours installé à ma gauche et non à ma droite, ce qui lui permettait de vous importuner sans que mes parents n'interviennent. »

    Lâcha t-il simplement, petit rictus amusé aux lèvres. Tant de souvenirs, mais tant de regrets. Son frère, qui à cet âge, n'était qu'un petit démon importuniste, était devenu un homme de peu de foi. Trompant sa femme pourtant parfaite, se lançant dans l'alcool et le jeu... il ne connaissait que le vice et il était ardu de le relancer dans le droit chemin sans y laisser des plumes au passage.

    « Je crois que tous autant que nous sommes, le passé tente de nous rattraper sans que nous ne puissions nous y retrouver. L'innocence et la facilité. On ne les remarques que lorsqu'on vieillit assez pour que ces dernières nous manquent. »

    Il se tut alors, en remarquant le visage à nouveau perdu de la demoiselle. Lentement, il s'installa à sa droite, puis la regarda de nouveau, avant de poser la main sur la sienne, en signe de réconfort. Il fallait juste espérer qu'elle ne prenne pas ce geste de travers et ne soit pas offusqué par ce dernier, puisqu'il l'avait fait en toute politesse.

    « Dites-moi, est-ce que tout va bien? Vous semblez... perdue et apeurée, oserais-je dire. »

    Se furent les seuls mots qu'il prononça après avoir répondu à sa première question, ne sachant pas s'il devait argumenter plus en détails. Il ne savait pas ce qu'elle ressentait, mais voyait bien qu'elle était aussi craintive que désemparée. Bien que les deux jeunes gens ne s'étaient pas rencontrés depuis des lustres, il désirait l'aider s'il en avait l'occasion. Il avait, après tout, toujours de l'amitié à son égard. Ce n'était pas le temps qui changeait la complicité qu'il avait eut avec elle lorsqu'ils n'étaient que de gens enfants cachant les bêtises d'autrui. Il avait été mis au courant de la disparition du frère de mademoiselle Alden par les ragots colportés par quelques villageois et par les nouvelles apprises par le système policier de Londres, qui avaient tentés de le retrouver en arpentant et question les habitants dans les rues. Ce qu'il ne savait pas encore, en revanche, était l'implication de ses anciens voisins au Temple Rouge. Peu intéressé par les bêtises que certains pouvaient bien dire sur les membres de cette secte, il les voyaient comme des croyants ordinaires. Qui était-il pour juger les croyances d'autrui après tout? Peut-être qu'une fois mis au courant des activités de certaines de ces personnes, changerait-il complètement d'avis.

ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ ϟ

« 7 days to the poison 7 days to the wolves»
.....................

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Contenu sponsorisé
.................................

MessageSujet: Re: Time can pass, but friends will always be there [Sujet pv avec Ethan Hansen]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Time can pass, but friends will always be there [Sujet pv avec Ethan Hansen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CURSE DIARY ™ :: Westminster :: Abbaye de Westminster-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit